La charge fiscale pèse déjà suffisamment lourd

Le Locle, le 7 mai 2019

Communiqué de presse - comité référendaire

NON à la hausse des impôts en Ville du Locle

Le 19 mai prochain les Locloises et Loclois devront dire s’ils sont d’accord de débourser davantage pour le paiement des impôts. Grâce à plus de 1200 signatures récoltées cet hiver, le corps électoral aura le dernier mot. Le comité référendaire se bat contre cette augmentation d’impôts inappropriée car aucune analyse poussée n’a été faite sur le fonctionnement de la Ville du Locle. Pour rappel, il ne s’agit ni d’une votation sur l’avenir des musées loclois, ni sur la vie culturelle ou associative. Il s’agit d’envoyer un message aux autorités locloises du souhait qu’un travail plus approfondi est attendu sur le fonctionnement de la Ville du Locle.

La hausse d’impôts n’est pas la solution pour redresser les finances communales. Le Conseil communal souhaite faire passer, une nouvelle fois, les contribuables à la caisse. Le comité référendaire s’y oppose rigoureusement, estimant que cela va, une fois de plus, diminuer le pouvoir d’achat de la population et tient à préciser que l’enjeu ne se limite pas à une discussion autour des musées loclois. En cas de Non le 19 mai prochain, il appartiendra au Conseil communal et à son administration d’analyser les économies possibles selon ses priorités.

La charge fiscale est déjà suffisamment lourde

Le canton de Neuchâtel est un des cantons où les impôts sont les plus élevés. Par conséquent, l’attractivité du canton est lourdement péjorée. En 2018, plus de 1000 personnes ont quitté Neuchâtel, la Ville du Locle n’est pas en reste puisque depuis 2017, c’est plus de 200 habitants qui ont quitté la Commune. Afin de ne pas accélérer la fuite des contribuables, le coefficient fiscal ne doit pas être augmenté tant qu’un travail rigoureux n’a pas été effectué sur les dépenses. En acceptant une réforme de la fiscalité neuchâteloise au printemps 2019, le Grand Conseil à majorité de gauche a pris conscience que l’impôt est un facteur important d’attractivité.

 Des pistes d’économies sont encore possibles

L’augmentation des impôts n’est pas encore irrémédiable. De réelles pistes d’économies doivent encore être étudiées (voir annexe). Le Conseil communal doit travailler à diminuer les charges et à cibler ses politiques publiques avant d’augmenter la charge fiscale pesant sur les contribuables.

Les impôts ont baissé, pas ce que paient les contribuables

Le Conseil communal indique que le coefficient fiscal a baissé de 11 points en 20 ans. S’il est vrai que le coefficient a baissé, le Conseil communal oublie d’analyser la situation globale. Les taxes causales ont été introduites dans l’intervalle : taxe d’épuration, taxe sur l’eau, taxe déchets, taxe sur les sacs à poubelles, taxe sur l’électricité… etc. Il est donc hasardeux de prétendre que les contribuables déboursent moins. Après avoir transféré de l’impôt sur les taxes poursuivant notamment la logique du pollueur payeur, il est prématuré d’augmenter les impôts en occultant volontairement ces transferts.

Finalement, depuis le début des années 2000, les prestations offertes à la population ont beaucoup évolué. La pertinence de la comparaison est faible lorsque l’on sait qu’à cette époque le Locle comptait encore son hôpital, sa police locale et ses écoles professionnelles notamment !

Par exemple, en 2019, la taxe d’épuration est passée de 2.62 frs/m3 à 3.80 frs/m3 et à l’horizon 2021-2023 devrait augmenter à 4.40 frs/m3. Les Loclois-es passeront donc à nouveau à la caisse, selon les projections l’augmentation 2019 représente en moyenne 260.- pour un ménage de quatre personnes.

D’autres recettes doivent être trouvées     

Une politique immobilière réellement attractive doit être mise sur pied par la Commune afin d’attirer de nouveaux contribuables et de ralentir le départ des habitants. D’autre part, au travers d’un plan de stationnement notamment, la Ville du Locle doit trouver un moyen de faire participer les pendulaires externes aux coûts qu’ils génèrent.

Des pistes existent, il faut maintenant du courage politique, croire et vouloir un avenir un peu différent.

Vidéo de campagne

Le comité référendaire a publié une vidéo de campagne qui vise à démontrer le poids de la charge fiscale. Vidéo à visionner ici : https://www.youtube.com/watch?v=JdcVjS_gVuU&;t=10s

La vidéo parodie la stratégie de communication 2019 du Conseil communal utilisant des boîtes d’air du Locle. Alors que l’exécutif souhaitait faire des économies sur le dos de la jeunesse locloise, il n’a pas hésité à développer de nouveaux gadgets liés à la promotion de la Ville, qui parfois semblent bien superflus aux yeux de nombreux contribuables. Leurs effets positifs quant à l’image de notre région sont difficiles à estimer.

Non à la hausse d’impôts

Des économies sont encore possibles, les impôts ne doivent pas augmenter si vite ! Le comité référendaire encourage les Locloises et Loclois à voter et à faire voter NON à cette hausse d’impôts qui n’est pas encore irrémédiable. Voter NON le 19 mai prochain n’est pas un plébiscite contre la culture, mais un signal envoyé au Conseil communal et au Conseil général de continuer à chercher des économies en étant capable de dépasser les dogmes politiques.

Le comité référendaire s’engage contre cette hausse d’impôts car :

-         La charge fiscale et les taxes sont déjà très élevées

-         L’attractivité du Locle doit être renforcée

-         Le départ des contribuables doit être pris au sérieux

-         Des économies sont encore possibles

-         D’autres recettes doivent être trouvées

-         Finalement, ne durcissons pas la vie aux Loclois !


Menu principal

Archives