Quand le POP fait sa campagne communale sur le dos du capitalisme !

Le POP, coutumier du fait, tire à boulets rouges sur notre système capitaliste. Comme toute construction humaine, ce système n'est certes pas parfait mais il présente l'immense avantage de porter en lui la capacité de se réformer et de s'adapter. Et il est le seul système économique capable de créer de la richesse. Ce ne sont certainement pas les grands-pères allemands à la barbe fleurie, fondateurs de la théorie socialiste au XIXème siècle (que c'est loin) que prônent les partis de gauche, qui nous a apporté une once de bien-être. Souvenez-vous de la désolation qu'ils ont laissée derrière eux. Misère, souffrances, mort, génocide. Ils ont fait en quelques décennies plus de victimes qu'en ferait le capitalisme même s'il devait durer jusqu'à la fin des temps.
Comment peut-on cracher de manière aussi cynique  dans la soupe qui nous nourrit ?

Rarement, peut-être même jamais, notre ville du Locle n'a pu profiter d'une telle aisance financière. Ce résultat est dû, presqu'uniquement, et il faut le dire... aux efforts de nos entreprises et de leurs travailleurs. Cet argent, si sale et nauséabond, permet néanmoins à nos édiles POP de bomber le torse et de crier à l'envi leurs capacités à bien gérer notre ville. Imaginez les changements que nous avons vécus au Locle. Nous parlions tutelle il y a une quinzaine d'années et nous étions pris dans la spirale infernale des déficits. Le capitalisme voleur accapareur, fraudeur du fisc, est passé par là. Mesdames et Messieurs les popistes nous vous vous demandons un peu de décence. Votre attitude est une insulte à la clairvoyance des dirigeants et à l'engagement des travailleurs de nos entreprises locloises.
Notre Conseil communal est tout juste bon à gérer les affaires courantes et à réaliser péniblement des projets qui dorment depuis des années dans les tiroirs. Aucune vision d'avenir. Aucune ambition pour la Mère Commune. Pire voire dangereux nos édiles popistes minimisent à l'extrême la lente érosion de notre population. Pour eux ce n'est pas grave. Le bateau coule lentement mais inexorablement et eux, pour se sauver, s'accrochent à la bouée de leur idéologie conservatrice.
Locloises, Loclois, osez un bon coup de balai. Essayez une droite humaniste à l'écoute de vos préoccupations.

Menu principal

Archives